Paravents japonais

Un ouvrage mené sous l'expertise scientifique d'une équipe franco-japonaise.

Une invitation au voyage à travers les plus beaux paravents présents dans les collections occidentales et japonaises.

Un manuscrit magnifiquement illustré et doté de multiples détails

Une fabrication soignée avec une impression métallisée dorée sur le coffret et la couverture.

Le livre

Bien moins connu du public occidental que les estampes, les paravents (byôbu) sont depuis plus d'un millénaire des objets indissociables de la culture et de l'art de vivre japonais. Assemblage de châssis de bois revêtus de papier, le paravent offre par un jeu de plis et de discontinuités un support de création unique aux artistes : les représentations s'y cachent et s'y révèlent au regard du spectateur. De l'époque Nara (VIIIe siècle) à la période contemporaine, cette singularité a ouvert la voie à une réflexion picturale unique sur l'agencement des formes, des couleurs et des matières. Destinés à l'origine aux pratiques cérémonielles dans le palais impérial et dans les temples bouddhiques, le paravent a très tôt acquis un usage domestique, à la fois cloison mobile et support décoratif très prisé de l'aristocratie japonaise.

Les plus grands peintres, dont Sôtatsu, Kôrin, Rosetsu et Hokusai, mais aussi de nombreux anonymes non moins talentueux en ont livré de splendides réalisations. Si les merveilles de la nature au fil des saisons sont un motif de prédilection, l'évocation d'épisodes littéraires notamment Le Dit du Genji ou historiques - la guerre entre les clans Taira et Minamoto - permettent des mises en scène aussi sophistiquées que raffinées. Des genres originaux propres aux paravents japonais, se distinguent particulièrement, tels les paravents "À qui sont ces manches ?", les paravents "ornés d'éventails jetés à la rivière", les "paravents au papiers collés"…

L’auteur

Direction scientifique et édition : Anne-Marie Christin a été professeure émérite de l'Université Paris 7 Denis Diderot et a fondée le Centre d'étude de l'écriture et de l'image (CEEI).Claire-Akiko Brisset est professeure ordinaire en études japonaises à l'Université de Genève.Torahiko Terada est professeur au département de Culture et de Littérature comparés à l'Université de Tôkyô.Autres auteurs : Fujiko Abe, Pascal Griolet, Yôko Hayashi-Hibino, Yoshiya Ishida, Yasuo Kobayashi, Geneviève Lacambre, Masato Naitô, Shigeru Oikawa, Jacqueline Pigeot, Marianne Simon-Oikawa, Michel Viellard-Baron, Makoto Yasuhara, Toshinobu Yasumura.

Sommaire

  • Avant-propos et préface
  • I. Le paravent : jeux de surfaces et multifonctionnalité
  • II. Des origines à la fin du XVIe siècle. Le paravent comme apanage des élites.
  • III. L'époque d'Edo. Splendeur aristocratique et appropriation bourgeoise
  • Épilogue. Paravent et modernité
  • Notes, chronologie et bibliographie générale

Détails

  • Auteur : Sous la direction scientifique d'Anne-Marie Christin
  • Parution : 2021
  • Référence : 9782850888304
  • Illustrations : 250 illustrations en couleurs
  • Reliure : Reliure japonaise sous coffret à rabats illustrés
  • Format : 35 x 25 cm
  • Pages : 280 pages

Découvrir le livre

  • Télécharger la brochure : [PDF]
179
Retourner à la liste


Vous utilisez actuellement un navigateur dont la version n’est plus supportée. Veuillez utiliser l’un des navigateurs suivants :

  • Windows : Chrome, Firefox, Edge
  • MacOS : Safari, Chrome, Firefox
  • Linux : Chromium
  • Mobile : fonctionne de manière optimale sur tout les navigateurs.